Où peut-on pêcher les palourdes dans le Morbihan ?

La pêche à pied fait partir des loisirs d’envergure sur la cote atlantique, notamment à l’occasion des marées de grands coefficients, puisque la mer se retire assez loin de la cote, à fortiori lorsqu’un vent de terre souffle. La pêche à pieds est bien sympa. On peut ramasser de tout et même les non-pêcheurs s’éclatent à suivre crevettes et des crabes des yeux dans de minuscules trous d’eau qui ne font même pas peur aux enfants. Et c’est un bon bol d’air. Cependant, vous croiserez en ces occasions un nombre certain d’irrespectueux patenté et d’ahuris notoires ramassant pour la beauté de la quantité, qui détruisent l’écosystème par leur ignorance avant de remplir la poubelle des campings de joyeux crustacés odoriférants.

Les différentes zones de pêche à la main

Dans le département du Morbihan, la pêche à pied des coquillages est théoriquement autorisée toute l’année du lever au coucher du soleil, en dehors de réglementations particulières qui vise à préserver les sites ou le cycle de reproduction des espèces. Dans le golfe du Morbihan, précisément, cette réglementation peut être spécifique, tant pour la pêche professionnelle que pour la pêche de loisirs. Il est donc nécessaire de contacter, en cas de doutes, les services compétents de la DDTM. Rappelons que cette pêche est une activité à ne pas manquer si vous optez pour un séjour en camping Bretagne Sud.

Les endroits ne manquent pas

Pour la pêche à pied de loisirs, elle se pratique à la main ou avec des outils légers, généralement des couteaux ou des crochets. Les équipements respiratoires de type tuba de plongée sont formellement interdits. Dans le cadre de pratiques professionnelles, les obligations qui sont liées au matériel utilisé peuvent être différentes. Le ramassage des coquilles est interdit à l’intérieur des zones ostréicoles, des espaces qui sont concédés par l’État ont des exploitants en contrepartie d’une redevance annuelle. Ces derniers sont autorisés à y semer et cultiver des coquillages.

Suite au développement de la pêche à la palourde japonaise, dans les années 90, la filière locale s’est organisée peu à peu. Afin de gérer et de préserver la ressource, la DDAM élabore de différents zonages de pêches (des gisements et des déterminations de zones de pêches orientées) et ure zone de protection des herbiers de zostères. A l’intérieur des secteurs occupés par cette zone de protection des herbiers de zostères, toutes les activités de pêche professionnelle ou de loisir est interdite. Cette interdiction est appliquée à toutes les espèces. Les zones de protection des herbiers de zostères se constituent par l’anse du Mancel, la zone Est de Tascon, la zone de Benance à Saint-Colombier. La zone qui est située à l’ouest de Tascon peut faire l’objet de dérogations annuelles pour la pêche professionnelle.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*